Rechercher dans :

Division de la gestion de documents et des archives

Index A-Z | FAQ | Expositions Virtuelles

Le Quartier Latin: Le quartier

La dénomination « Quartier latin » est intimement liée à l’histoire de l’éducation. La définition suivante en témoigne : Quartier Latin : quartier de Paris sur la rive gauche de la Seine où se trouvait l’ancienne université (dont les cours se donnaient en latin). (1)

Dans l’histoire de l’Université de Montréal, l’appellation Quartier latin a deux significations. La première désigne l’endroit où de 1895 à 1942 l’Université de Montréal a eu ce que l’on a désigné l’immeuble de la rue Saint-Denis. La seconde désigne le Quartier latin :le journal des étudiants.

À sa création, l’Université de Montréal était éparpillée dans plusieurs immeubles différents. À titre d’exemple : le château Ramezay accueille les étudiants en médecine et droit, le Grand séminaire de Montréal les étudiants en théologie.

En 1887, un projet de construction d’un immeuble pouvant loger tous les étudiants et les laboratoires de l’Université est accepté. Cet immeuble, situé au 1265 rue Saint-Denis, est inauguré officiellement le 8 octobre 1895. Le choix de ce quartier semble avoir été volontaire :

« Après 1895, le quartier latin prend forme au cœur de la paroisse Saint-Jacques. La paroisse Saint-Jacques, qui doit son nom à Jean-Jacques Lartigue, se développe donc autour du clocher de l’église cathédrale et affiche son caractère de paroisse catholique, canadienne-française et bourgeoise. Élitiste. Sur les rues Saint-Denis, Saint-Hubert, Laval, Hôtel-de-Ville, et jusqu’au nord du coteau Baron, se multiplient ces élégantes maisons, semblables à celles des rue Bleury et Saint-Urbain où vivent les familles associées à l’activité des écoles de l’ancien Plateau. L’exercice des professions reliées à la formation universitaire y sera intense : oculistes, dentistes, ingénieurs, notaires, avocats, professeurs privés, obstétriciens, gravent leur nom sur des plaques de bronze et proposent leurs services par la voie des journaux. Ils ne voudront pas s’éloigner de l’alma mater où plusieurs enseignent d’ailleurs « à la leçon ». Avec les marchands, fournisseurs de costumes, de papier et d’accessoires de bureau, avec les courtiers, les importateurs, les libraires, les restaurateurs et autres, ils ajoutent à la vie universitaire cette dimension humaine qui confère une partie de son relief au quartier latin.» (2).

L’immeuble de la rue Saint-Denis est occupé jusqu’à octobre 1942. La construction de l’Université sur la montagne n'est pas parachevée mais l’université y déménage tout de même.


(1) Trésor de la langue française, p. 1026.

(2) Bizier, Hélène-Andrée. L’Université de Montréal :la quête du savoir. Pp. 62-63.

© 2010 - Division de la gestion de documents et des archives